Un auteur qui reçoit deux fois le Pulitzer de littérature, cela ne s’est produit que quatre fois dans l’histoire du prix. Colson Whitehead, comme William Faulkner, est donc entré dans la légende. Déjà lauréat en 2017 pour Underground Railroad, épopée d’une jeune esclave en fuite, l’écrivain new-yorkais se voit à nouveau distinguer cette année pour son septième roman, Nickel Boys. Une autre période, mais toujours la même humiliation des Noirs, cette fois dans la Floride des années 1960, avec sa terrifiante maison de redressement pour jeunes délinquants, la Nickel Academy.

Colson Whitehead a fait la une de Time Magazine à la sortie du livre, avec ce titre: «America’s Storyteller». A n’en pas douter, il sait raconter les Etats-Unis d’hier, en allant chercher son inspiration dans l’histoire. Mais aussi l’Amérique d’aujourd’hui, une société où les injustices et les discriminations envers les Afro-Américains perdurent. A nous, lecteurs, de mesurer le chemin parcouru, et celui qu’il reste à parcourir. Echange transatlantique avec Colson Whitehead, joint fin juillet via courrier électronique.