Cela faisait longtemps que je n’avais plus eu un débat aussi copieux, et vif, sur mon profil Facebook. Evidemment, quand le conseiller national Philippe Nantermod (PLR) jette de l’huile sur le réchaud du caquelon, tout s’embrase. Dans ce cas, la branche audiovisuelle lui tombe dessus.

J’avais mis en ligne un article sur le nouveau programme du Conseil pour la culture, années 2021-2024, que le Conseil fédéral a présenté mercredi. La principale nouveauté consiste en une obligation d’investir dans le cinéma ou les séries en Suisse pour les acteurs qui opèrent sur le territoire: les services en ligne, Netflix ou Amazon, mais aussi – le gouvernement a rajouté ce point après sa première mouture – les chaînes de TV qui ont des publicités suisses, comme TF1. Si ces opérateurs ne financent pas des projets en Suisse, ils devront payer une taxe de 4% sur leurs recettes locales.

Taxer les tomates pour les endives?

On peut s’étonner. Il y a déjà la redevance, les aides publiques au cinéma qui passent par l’impôt, les subventions aux festivals qui servent de tremplins pour les films suisses: pourquoi encore payer, puisque la taxe serait prélevée sur les recettes issues de nos abonnements aux services? Dans le cas des chaînes de TV, c’est assez dilué.

Au fond, au nom de quoi la branche nationale devrait être soutenue par des intervenants extérieurs? C’est comme si le prix des tomates hollandaises était augmenté pour financer les endives du Gros-de-Vaud.

Retrouvez tous nos articles sur le cinéma, et sur les séries TV

Le syndrome Bécassine

D’un autre côté, la Suisse fait preuve, depuis des décennies, d’une incommensurable générosité – ou d’une insondable sottise, selon le point de vue. La disposition proposée par le Conseil fédéral est pratiquée dans un grand nombre de nations européennes. La Suisse est l’un des rares pays du continent à laisser les grands groupes voisins venir tondre le marché domestique sans rien demander en échange.

En 2017: Face à Netflix, la naïveté suisse

Une entorse, réelle, au libéralisme, ou la fin d’une Suisse Bécassine. Pour une fois, il y aura un débat passionnant aux Chambres à propos de films et de séries.