Plongé dans la pénombre, le ventre rond d’une femme enceinte évoque une planète en orbite. L’image, extraite de Motherland (2019), courte vidéo réalisée par la plasticienne française Catherine Radosa, embrasse l’infiniment proche et l’infiniment loin, évoque à la fois l’astrophysique et l’anthropologie, ne parle, dans le fond, de rien d’autre que du cycle de la vie. Elle fait partie de la centaine de travaux qu’expose jusqu’à la fin du mois le Centre de la photographie Genève (CPG) à l’occasion de la sixième édition de la triennale 50JPG, intitulée OSMOSCOSMOS.

Sur la précédente triennale, lire aussi: Tremblez, vous êtes filmés