Dans le monde des séries, il y a un nom, composé, que l’on ne peut désormais plus ignorer: Phoebe Waller-Bridge. Vous le connaissez si vous appartenez au (large) fan-club de Fleabag, portrait d’une trentenaire libérée et légèrement névrosée écrit, puis porté à l’écran, par cette comédienne britannique en 2016. Des gags merveilleusement grinçants et une brise féministe: la série – qui a fait l’objet d’une adaptation française avec Camille Cottin – a conquis le public et révélé les talents d’une show-runneuse désireuse de bousculer les codes.

Depuis, Phoebe Waller-Bridge est de tous les projets: créatrice de Killing Eve, autre fiction à succès dont la troisième saison vient d’être dévoilée, elle a interprété un droïde effronté dans Solo: A Star Wars Story et pimenté le scénario du prochain James Bond – à la demande de Daniel Craig himself.

Lire aussi:  «Killing Eve», la série où les femmes mènent le bal sanglant

Pas surprenant donc que la nouvelle série HBO, qui compte Waller-Bridge au casting (en tant qu’actrice et coproductrice, aux côtés d’une ancienne de Fleabag, Vicky Jones), ait attisé toutes les curiosités. Ou peut-être était-ce son synopsis, ultime fantasme de nos esprits confinés…

Pacte fou

Car Run, diffusée en Suisse sur OCS depuis le 13 avril, raconte l’histoire d’une escapade – ou plutôt, d’une fuite. Celle de Ruby Richardson (Merritt Wever, formidable enquêtrice dans Unbelievable) et de Billy Johnson (le rouquin Domhnall Gleeson, qu’on a pu voir en général Hux dans Star Wars). Sur les bancs de l’université, ces deux amoureux avaient conclu un pacte fou: si la vie ne leur souriait pas, ils pourraient toujours tout quitter pour se retrouver au Grand Central Terminal de New York et partir arpenter les Etats-Unis. Il leur suffirait de s’envoyer mutuellement un bête SMS avec trois lettres: RUN.

Le premier épisode s’ouvre au moment où Ruby reçoit le fameux message, sur un parking de supermarché… en plein coup de fil avec son mari. Dix-sept ans ont passé. Pourtant, il ne lui faut que quelques secondes de réflexion avant de tapoter, fébrilement, sa réponse. La série non plus ne s’attarde pas à planter le contexte: quatre minutes chrono plus tard, voilà Ruby, mère de famille, et Billy, coach de vie à succès, dans un train bringuebalant direction Chicago.

Excitation et culpabilité

Les retrouvailles auraient pu être collantes d’embrassades et de «tu n’as pas changé» mielleux. Au contraire, elles se révèlent ambivalentes voire un brin absurdes. Imaginez deux presque quadragénaires qui se coursent dans le wagon-restaurant, hésitent à poser les questions qui fâchent (à commencer par les appels incessants du mari de Ruby), flirtent ostensiblement, se cognent à tous les objets qu’on trouve dans une voiture-couchette et surtout, n’ont aucune idée de ce qu’ils font là, tiraillés chacun dans leur coin entre l’excitation et la culpabilité. Bref, on est loin d’une romance à la Ethan Hawke et Julie Delpy dans Before Sunrise.

Et on reconnaît bien ici la patte de Phoebe Waller-Bridge, spécialiste des personnages (en particuliers féminins) ambigus, maladroits, mais décomplexés et délicieusement réalistes. Ruby est tout ça à la fois, elle qui affiche ouvertement son désir tout en assumant mal un corps qui, forcément, a vieilli. Et représente aussi la figure indigne par excellence: une mère qui a préféré le frisson de l’inconnu à ses enfants.

Découvrez ici notre guide interactif des séries

Merritt Wever, qui a remporté un Emmy Award en 2018 pour son rôle de veuve au fusil dans Godless, est tout aussi parfaite en tête brûlée en goguette – et l’alchimie avec son compagnon de voyage, électrique.

Secrets du passé

Ni vraiment comédie romantique, ni road trip décalé, Run passe d’un ton à l’autre à la vitesse d’un TGV et prend même, dès le troisième épisode, des airs de thriller. Car s’il semble au premier abord que les amoureux fuient l’ennui d’une vie trop rangée, ils sont en réalité poursuivis par des secrets du passé, que la série dévoile au compte-goutte et emboîte par flash-back.

Un peu éparpillée par moments, la série déborde tout de même de rebondissements, de sensualité et de charme, et invoque une question que l’on s’est tous déjà posée: et si on repartait à zéro, pour être quelqu’un d’autre? «J’ai toujours fantasmé que j’étais deux personnes à la fois: celle, normale, qui vit avec mon mari, et quelqu’un de vraiment fun», lâche Ruby, cheveux au vent sur une péniche à Chicago.

La pandémie actuelle rend l’embarquement sur un quelconque bateau difficile. Mais rien n’empêche de laisser nos esprits divaguer, comme les personnages de la série, dans des réalités parallèles.


Run, série HBO en sept épisodes de 25 minutes, disponible en Suisse sur OCS (via Canal+ ou Teleclub).