A petites touches, Moscou consolide son soutien au régime d’Alexandre Loukachenko et encourage les Occidentaux à rester hors de sa zone d’influence. Jeudi, le président russe Vladimir Poutine s’est dit prêt à déployer des forces en Biélorussie si la contestation post-électorale devait y dégénérer, tout en appelant les parties à un règlement négocié. S’exprimant à la télévision d’Etat, il a expliqué que son pays était disposé à intervenir chez son voisin, si nécessaire, dans le cadre d’accords sécuritaires et militaires existants.

«Alexandre [Loukachenko] m’a demandé de constituer une réserve d’agents des forces de l’ordre et je l’ai fait, a poursuivi le président russe. Nous avons convenu que je ne l’utiliserai pas jusqu’à ce que la situation soit hors de contrôle et que des éléments extrémistes […] franchissent certaines limites: qu’ils mettent le feu à des voitures, des maisons, des banques ou tentent de prendre le contrôle de bâtiments administratifs.»