Il aurait pu évoquer Donald Trump en «papa», chercher à l’humaniser en racontant des anecdotes privées. Il a préféré livrer un discours politique féroce pour dépeindre «Beijing Biden» en «monstre du Loch Ness» du «marécage de Washington», et fustiger les démocrates qui mèneraient l’Amérique vers le chaos, avec «émeutes, pillages et vandalisme». Donald Trump Jr., le fils aîné du président, est clairement celui de ses cinq enfants qui est le plus impliqué en politique. Lundi, c’est les yeux brillants, presque fébrile, qu’il s’est exprimé devant la convention républicaine. Comme s’il briguait lui-même la présidentielle.

Lire aussi: Donald Trump Jr., le doigt sur la gâchette