«Je dois mettre fin à mon service. Ce parti, le PS, reste mon grand amour.» C’est avec ces mots que Helmut Hubacher a pris congé de nous dans sa lettre d’adieu. A 94 ans, il a souhaité s’adresser une dernière fois aux membres et sympathisant-e-s du parti. Jusqu’au bout, Helmut est resté un militant et un ami du PS.

Helmut Hubacher naît en 1926 dans le canton de Berne. Dès l’âge de 3 ans, il grandit avec son grand-père, syndicaliste, auprès duquel il se politise. Il fait un apprentissage aux CFF, et adhère à 18 ans, en 1944, à la Fédération suisse des cheminots. Il rejoint le PS trois ans plus tard, à la section de Breite (BS). Dans les années 1950, il devient secrétaire syndical au SEV, puis au SSP de Bâle, avant d’entrer au Grand Conseil de Bâle-Ville en 1956, où il reste jusqu’en 1968. Il est élu au Conseil national en 1963, où il siégera trente-quatre ans! En 1975, il est élu à la présidence du PS Suisse, poste qu’il occupera jusqu’en 1990.

Lire aussi: L’ancien président du PS Helmut Hubacher meurt à l’âge de 94 ans

Outre ces engagements syndicaux et politiques, Hubacher a écrit de nombreux livres et chroniques tout au long de sa vie (la dernière date de juin dernier, toujours à la machine à écrire, dans les colonnes du Blick). Son style franc, direct, sans fioritures, a toujours été admiré. Ses argumentations précises et claires, ses critiques acerbes, mais qui faisaient toujours mouche, ont assis sa célébrité.

Dans un contexte marqué par les mouvements de mai 1968, le PS se transforma profondément. Hubacher aborda ces transformations avec talent, et a ouvert ce qui était alors un parti ouvrier à la classe moyenne, aux femmes, aux écologistes, et à la jeunesse, donnant au parti son visage actuel, celui d’un grand parti populaire de gauche. Cette ouverture sur les mouvements sociaux et les nouveautés de son temps a toujours été une de ses grandes qualités. Selon sa formule, les socialistes «tirent leur énergie du courant contre lequel ils nagent». C’est aujourd’hui encore le cas.

Parrain de Llilian Uchtenhagen

Il fut parmi les premiers à critiquer ouvertement l’armée, et c’est notamment à lui que l’on doit l’initiative sur les banques à la fin des années 70, qui réclamait la fin du secret bancaire dans les questions fiscales et une lutte contre la fuite de capitaux. Si celle-ci fut rejetée à l’époque, elle résonna encore longtemps dans le paysage politique helvétique et dans les revendications du PS Suisse, jusque dans la crise financière de 2008. C’est également sous sa présidence que la candidature de Lilian Uchtenhagen fut portée au Conseil fédéral en 1983.

Helmut Hubacher nous a quittés en ce mercredi 19 août 2020, après presque 80 ans de militantisme, d’engagement politique et de lutte pour les valeurs socialistes, lutte qu’il a menée jusque dans les derniers moments de son existence. Il a rejoint le panthéon des grands noms du socialisme et restera, longtemps encore, un des géants sur les épaules duquel nous continuerons d’avancer. Nos pensées solidaires vont vers sa femme et sa famille dans ces moments douloureux.


Lire encore l’hommage d’Yvette Jaggi sur DomainePublic.ch