Séisme sur la planète football: la superstar argentine Lionel Messi (33 ans), encore sous contrat avec le FC Barcelone jusqu’au 30 juin 2021, a indiqué mardi par un courrier recommandé au club qu’il souhaite «unilatéralement» résilier son contrat.

Dépité par la terrible déroute 8-2 essuyée en quart de finale de Ligue des champions le 14 août contre le Bayern Munich, fatigué par une saison cauchemardesque et lassé par un projet sportif peu convaincant, l’Argentin a mis ses menaces à exécution.

A relire: Le chemin de croix de Lionel Messi

Les avocats de Messi ont fait parvenir au siège du club un courrier recommandé dans lequel ils annoncent sa volonté de résilier son contrat unilatéralement, en vertu d’une clause qui a expiré le 10 juin dernier. Mais le club considère que son contrat est encore valide jusqu’au 30 juin 2021, a confirmé à l’AFP une source au sein du club catalan.

Clause libératoire de 700 millions

«En principe, cette clause expirait le 10 juin, mais le caractère atypique de cette saison coupée par le coronavirus a ouvert la voie pour que Messi demande à être libéré de son contrat dès maintenant. Un premier pas vers l’ouverture d’une négociation pour son départ, sur la base de sa clause libératoire qui s’élève à 700 millions d’euros», a précisé Marca, le journal le plus vendu d’Espagne, mardi soir.

Pour comprendre: notre article sur la problématique des contrats en période de pandémie

Ce coup de semonce pourrait donc être suivi d’un bras de fer entre experts pour déterminer si la validité de cette clause peut être prolongée, étant donné que la saison en Espagne a été coupée entre mars et juin par la pandémie. «Respect et admiration, Leo. Tout mon soutien, mon ami», a écrit l’ex-légende blaugrana Carles Puyol mardi soir sur Twitter.

Après des mois à montrer publiquement sa lassitude face à un club en ruine et une saison catastrophe, entre résultats sportifs décevants et scandales en cascade, le sextuple Ballon d’or est passé à l’action. D’après la presse sportive espagnole, Messi s’est entretenu avec le nouvel entraîneur du Barça Ronald Koeman la semaine dernière et lui aurait indiqué qu’il se voyait «plus à l’extérieur qu’à l’intérieur» du club. Une annonce qualifiée de «bombe totale» par le principal journal sportif argentin Olé.

Nommé en remplacement de l’entraîneur limogé Quique Setién, Ronald Koeman aurait, selon la presse spécialisée catalane, communiqué lundi au grand ami de Messi, l’attaquant uruguayen Luis Suarez, qu’il ne comptait pas sur lui pour la saison prochaine, à l’instar d’autres cadres du Barça comme Arturo Vidal, Ivan Rakitic et Samuel Umtiti. Un coup de fil qui a sans doute précipité les envies de départ de la légende blaugrana.

Au Barça depuis vingt ans

Si Messi quitte la Catalogne, ce serait la fin d’une longue et belle histoire d’amour entre la Pulga («la puce») et le Barça. Arrivé au club en 2000 à l’âge de 13 ans en provenance de Rosario, Messi a ensuite gravi tous les échelons au sein de l’un des clubs les plus prestigieux du monde, à tel point que beaucoup peinent à l’imaginer sous d’autres couleurs que le rouge et le bleu catalans.

«Je ne le vois pas ailleurs. Je ne peux pas le croire. Je préfère croire que c’est un ultimatum lancé à la direction pour que Bartomeu s’en aille», a réagi Ruben Tejero, fan du Barça de 28 ans qui faisait partie de la petite centaine de supporters, numéro 10 de Messi dans le dos, qui se sont spontanément rassemblés mardi soir devant le Camp Nou, sous les fenêtres du très critiqué président Josep Maria Bartomeu, pour exiger sa démission.

Dans les rues de Buenos Aires, le potentiel départ de Lionel Messi était également sur toutes les lèvres. «Il est une marque à Barcelone, Messi est dans les trains, à l’aéroport […] il est dans plein de magasins de sport, partout, souligne Mariano Mardué, un commerçant de 40 ans. Donc je pense que Messi ne va pas quitter Barcelone, ils ne vont pas le laisser partir, tout le monde peut partir sauf Messi.»

Edgardo, un autre commerçant de 38 ans, aime lui l’idée que Lionel Messi s’en aille, parce que «Barcelone n’a plus les moyens de rivaliser, d’autant plus dans la Ligue des champions, au niveau européen». «J’aime l’idée qu’il parte parce que je veux que Messi continue à faire de la compétition jusqu’à sa retraite.»

Qui peut se l’offrir?

En Argentine, Messi peine à être situé sur le même plan que Diego Maradona pour trois raisons: il n’a jamais remporté la Coupe du monde (défaite en finale en 2014 contre l’Allemagne); il n’a jamais joué pour un club argentin, seulement dans les équipes de jeunes de Newell’s Old Boys; il n’a jamais sublimé une équipe moyenne, comme Maradona à Naples, ni même évolué dans un autre contexte que celui, très protecteur, du Barça.

Ce dernier point pourrait bien changer. A 33 ans, Messi est encore trop jeune pour retourner en Argentine. Il rêve de jouer une fois pour le club de ses débuts mais le championnat local a nettement perdu de sa superbe en son absence et aucun club ne pourrait lui offrir un salaire autrement que symbolique au regard de sa valeur marchande. D’après la presse spécialisée, seuls trois clubs auraient les moyens de s’offrir un joueur dont le salaire annuel est estimé à 30 millions d’euros: le Paris-Saint-Germain, l’Inter Milan et Manchester City.

En 2019: Sans Messi, le Barça se prépare à la fin d’un monde

En cas de transfert, la principale pierre d’achoppement sera le règlement de l’astronomique clause libératoire fixée à 700 millions d’euros, dont Messi et ses avocats s’estiment exonérés pour services rendus mais à laquelle le Barça tient absolument. Cette somme complètement folle a été réévaluée après que la clause supposément dissuasive de 222 millions pour Neymar n’a pas arrêté le PSG en 2017. En 2018, Cristiano Ronaldo était passé du Real Madrid à la Juventus Turin contre 105 millions d’euros, mais le club madrilène, croyant sa star portugaise sur le déclin, ne s’était pas opposé à son départ.