Le Bayern Munich a décroché dimanche sa sixième Ligue des champions. Le PSG a échoué à devenir le troisième nouveau vainqueur depuis 1994. Deux jours plus tôt, le FC Séville a gagné lui aussi pour la sixième fois (mais en quinze ans seulement) la Ligue Europa, que seules des équipes espagnoles ou anglaises ont remporté ces neuf dernières éditions. Le football européen de clubs réserve ses trophées à quelques-uns.

Pourtant, il y a beaucoup de monde au départ: 81 équipes cette saison en Ligue des champions et 158 en Ligue Europa, ce qui a obligé l’organisateur, l’UEFA, à lancer les éditions 2020-2021 avant même le début des «Final 8» de Lisbonne et Cologne. Ces tours préliminaires qualificatifs pour les barrages d’accession aux phases de poule (ouf!) concernent les sans-grades, le bas du panier, par ordre croissant d’importance. Pour les clubs suisses, cela commence cette semaine. Avant Servette, jeudi à Genève en Ligue Europa contre les Slovaques de Ruzomberok, Young Boys reçoit mercredi au Wankdorf le champion des îles Féroé, KI Klaksvik.

Deux jours avant le match, YB ne connaissait pas le nom de son adversaire, car Klaksvik devait passer par un premier tour contre le Slovan Bratislava qui ne s’est jamais joué. Après un cas positif au Covid-19, toute l’équipe slovaque fut mise en quarantaine. Ses dirigeants firent venir en urgence d’autres joueurs issus des équipes réserve et juniors mais un autre cas fut décelé dans ce groupe. Après le troisième (un dirigeant), le match prévu le 21 août fut annulé et, lundi, donné perdu 3-0 pour le Slovan par l’UEFA.

Un visa pour deux

Depuis une dizaine de jours, des histoires rocambolesques comme celle-ci se multiplient. Ainsi, le club letton du FCI Levadia Tallin joue jeudi contre le vainqueur d’un tour préliminaire qui a opposé sept jours plus tôt Saint-Joseph (Gibraltar) à B36 Tórshavn (Féroé). Obligé d’obtenir des visas pour ses deux joueurs africains vedettes, Levadia en demanda un à Gibraltar pour le Camerounais Gando Biala, et un autre aux Féroé pour l’Ivoirien Manucho, lequel tentera de digérer le vol en charter la veille du match pour qualifier son équipe.

Le programme est si dense que les tirages et les tours se succèdent au pas de charge. Un seul match, pas d’aller-retour et peu de temps pour s’organiser pour l’équipe en déplacement. En période de Covid-19, cela relève parfois de la mission impossible pour des clubs qui n’ont pas le centième du budget du Real Madrid. Consciente du problème, l’UEFA a assoupli son règlement en se contentant de 13 joueurs sains sur la feuille de match (dont un gardien de formation), en autorisant l’enregistrement tardif de joueurs et la délocalisation du match dans un pays neutre en cas «d’incompatibilités sanitaires» entre deux Etats.

Le match du premier tour de la Ligue des champions Celje-Dundalk (3-0) ne s’est pas déroulé en Basse-Styrie mais 400 km plus à l’est, à Budapest, car l’Irlande interdit les déplacements de ses ressortissants en Slovénie. La gestion des cas positifs par les autorités politiques locales est une autre source de problèmes. Selon les dirigeants du Slovan Bratislava, les élus locaux de Klaksvik «ont tout fait pour que le match ne se dispute pas». Rien de tout cela avec la ville de Berne, qui a validé le match de mercredi soir malgré le non-respect d’une quarantaine à l’entrée des Féroïens sur le territoire suisse.

Le canton de Vaud avait également fait preuve de bienveillance à l’égard des Kosovars du KF Drita, arrivé le 7 août par le vol Pristina-Genève de 12h pour disputer le lendemain un tour préliminaire à quatre sur les installations de l’UEFA à Nyon. Le champion du Kosovo élimina les Andorrans d’Escaldes et devait affronter les Nord-Irlandais de Linfield. Mais deux joueurs testés positifs et un troisième placé en isolation poussèrent les autorités vaudoises à renvoyer l’équipe au Kosovo et l’UEFA à donner 3-0 forfait pour son adversaire.

Kosovars à l’amende

Linfield fut battu dès le tour suivant par le Legia Varsovie (1-0), un match maintenu malgré un cas positif côté polonais. Avant de rentrer à Belfast, les Irlandais nettoyèrent méticuleusement leur vestiaire, une pratique usuelle pour les équipes japonaises et coréennes mais que les précautions sanitaires semblent importer en Europe.

Le vestiaire était propre aussi à Lincoln, Gibraltar, où le FC Pristina fut interdit de jouer à une heure du coup d’envoi de son tour préliminaire de Ligue Europa, après que la rencontre eut été une première fois reportée. Les Kosovars avaient pourtant tout tenté durant plusieurs jours, recrutant des volontaires, et même le sélectionneur U19 du Kosovo, pour pallier les multiples cas positifs. Finalement, l’UEFA trancha: forfait.

Les clubs kosovars faillirent réussir la passe de trois éliminations sur tapis vert mais, après un report de 24 heures, Gjilani parvint à se présenter sur le terrain de Saint-Marin et à battre Tre Penne (1-3). L'histoire n’est sans doute pas terminée puisque l’on recensait mardi six cas positifs dans l’équipe de Zeljeznicar qui se déplace jeudi à Haifa. Le Lokomotiva Zagreb, lui, n’avait plus que 13 joueurs valides à deux jours de son match à Vienne contre le Rapid.