Il fut un temps où le Bayern Munich pouvait se faire renverser en l’espace de deux minutes. La finale de la Ligue des champions 1998-1999 vit ses arrêts de jeu au Camp Nou. Les hommes d’Ottmar Hitzfeld mènent au score face à Manchester United depuis la 6e minute du match et semblent filer vers le titre européen, mais il finit par leur échapper suite à des buts de Teddy Sheringham (91e) puis d’Ole Gunnar Solskjaer (93e). Ce dernier, surnommé «Supersub» par son entraîneur Alex Ferguson et aujourd’hui sur le banc des Red Devils, continue d’incarner dans l’imaginaire collectif le remplaçant idéal, capable de faire preuve de beaucoup d’abnégation… et de se montrer décisif lorsqu’il le faut.

La semaine dernière, onze minutes après son entrée en jeu, Eric Maxim Choupo-Moting a endossé ce rôle en délivrant un centre idéal pour Marquinhos (90e) puis en se jetant dans les 6 mètres trois minutes plus tard pour inscrire le but de la victoire contre l’Atalanta Bergame (2-1) et offrir au Paris Saint-Germain sa première demi-finale de Ligue des champions depuis vingt-cinq ans. Le Camerounais pouvait se douter en arrivant au PSG qu’il ne volerait pas la vedette à Neymar ou Kylian Mbappé. Mais les grands clubs ont aussi besoin de joueurs qui acceptent de bon cœur de prendre place sur le banc au début des matchs.