Spectaculaire et inédit avec la haute montagne en guise d’amuse-bouche, le grand départ de Nice devait en mettre plein les yeux aux amoureux du Tour de France. Mais admirer le peloton, jusqu’à son départ de la baie des Anges, lundi 31 août, nécessitait un masque sur le nez et une bonne dose de motivation. Les panneaux occultants hauts de 2 mètres installés à certains endroits du parcours ont peut-être protégé les coureurs de l’enthousiasme «contagieux» du public; ils ne favorisent guère la fête populaire.

Lire aussi: Le vélo et le Tour de France, destins croisés