Le Tour de France qui s’élance samedi de Nice est particulier en raison de ses dates décalées (septembre au lieu de juillet) mais aussi d’un cortège inédit de contestations qu’il risque de traîner jusqu’à l’arrivée, le 20 septembre à Paris. En août, les organisateurs pensaient soulever un élan d’enthousiasme unanime en Bretagne en annonçant que le grand départ de l’édition 2021 s’élancerait de la région pour quatre jours de courses à travers cette terre de vélo. Ils avaient tort.

Lire aussi: Le cyclisme, cible idéale pour le coronavirus