Des soupçons de maltraitance planent sur l’EMS Les Sources, situé à Saxon. Plusieurs employés ainsi que des proches d’anciens résidents ont témoigné, ce dimanche dans l’émission Mise au point de la RTS à ce sujet. Et ces révélations ne resteront pas sans suite. Barbara Lanthemann, la présidente du Parti socialiste du Valais romand, a envoyé ce lundi matin, en son nom, une dénonciation pénale au Ministère public du canton.

Lire également: «Plus qu’un lieu de soins, l’EMS est un lieu de vie»

La députée espère que la justice se saisira du dossier pour réaliser «une enquête sérieuse». Sous-entendu: contrairement à celle qui a été menée par l’Etat du Valais. «En avertissant à l’avance l’établissement de leur passage, les services du canton lui ont permis de se préparer et de modifier tout ce qui n’allait pas, afin que cela ne soit pas visible lors de cette visite. Lorsque l’on fait une enquête sérieuse, on ne l’annonce pas au préalable», tonne-t-elle.

Les personnes qui osent parler doivent être protégées. Elles ne doivent pas risquer de perdre leur job en dénonçant de graves problèmes

Barbara Lanthemann

Barbara Lanthemann insiste également sur le fait d’assurer l’anonymat aux individus qui dénoncent de telles problématiques. «Les personnes qui osent parler doivent être protégées. Elles ne doivent pas risquer de perdre leur job en dénonçant de graves problèmes, comme ceux dont on parle ici», soutient-elle, rappelant qu’il existe un ombudsman de la santé en Valais, mais que les plaintes qui lui sont transmises sont rares. «Les gens savent-ils seulement que cet organe indépendant existe?» s’interroge la socialiste.

Un volet sanitaire et un volet politique

Pour Barbara Lanthemann, il faut distinguer deux volets dans cette affaire. Le premier est sanitaire et concerne les actes présumés de maltraitance. «Le personnel soignant qui travaille dans ces homes doit le faire correctement. Ce que l’on a pu voir et entendre dans le reportage n’est pas acceptable. Personne ne souhaiterait retrouver ses parents avec des bleus», appuie-t-elle.

Lire aussi: «Pourquoi je cesse de travailler en EMS»

Selon les témoignages recueillis par nos confrères, le sous-effectif pourrait notamment faire peser des risques sur les résidents. Cela concerne le deuxième volet, qui, lui, est politique. «Il existe, semble-t-il, un problème en Valais en ce qui concerne la dotation en personnel pour les EMS», souligne Barbara Lanthemann. La députée a d’ailleurs déjà mis le doigt sur cette problématique en juin dernier, en déposant un postulat, cosigné par des élus PLR et PDC, demandant au Conseil d’Etat de «revoir le calcul en dotation de personnel à la hausse». En attendant le traitement de ce texte par le Grand Conseil, les services de l’Etat annonceront leurs conclusions le 28 août en ce qui concerne l’EMS de Saxon.