A Lausanne, le climat est beaucoup plus serein qu’à Genève. «Nous n’avons jamais reçu autant d’échos positifs», se réjouit Florence Germond, municipale socialiste responsable de la Mobilité. Sa municipalité à majorité de gauche a profité de la procédure d’urgence définie par le canton pour réaffecter en un temps record 608 places de parc: 20% d’entre elles sont devenues des terrasses, 70% des pistes cyclables, le reste est allé à des zones modérées et aux voies de bus.

Lire aussi: A Genève, dégager la chaussée pour mieux rouler au centre-ville

Une «méditerranéisation» de Lausanne

La création de 200 terrasses un peu partout en ville a entraîné une légère «méditerranéisation» de Lausanne, comme aime à l’appeler le municipal PLR Pierre-Antoine Hildbrand, et est soutenue par un consensus gauche-droite. Personne ne doute que bon nombre de ces aménagements vont perdurer. Les nouvelles bandes et pistes cyclables (sur 7,5 km) ne sont pas non plus décriées comme à Genève; le PLR s’inquiète cependant d’un «manque de réflexion globale» sur la circulation.

«La méthode de la municipalité est discutable, j’ai l’impression qu’elle a attendu que le Conseil communal soit en vacances pour avancer tête baissée», déplore Philippe Miauton, président du PLR lausannois. «Nous ne sommes ni contre les zones piétonnes ni contre les pistes cyclables, mais où va se reporter la circulation? Une manière de rassurer les commerçants, déjà assez touchés par le covid, serait de leur présenter un plan global de politique de mobilité à Lausanne.»

Florence Germond dit avoir profité de la situation sanitaire pour réfléchir à la façon de rendre la ville plus humaine et de ramener de la qualité de vie là où la voiture avait pris trop de place. «On ne peut pas faire tout juste du premier coup, nous sommes attentifs aux retours et ajustons certains réglages», dit-elle. Des voix mécontentes se lèvent tout de même chez certains commerçants; une pétition lancée cette semaine par le chapelier Michel Curchod, aux galeries Benjamin-Constant, contre la suppression de places de parc devant son magasin a récolté une centaine de signatures.