Un inspecteur de la police judiciaire sous enquête pour violation du secret de fonction dans le cadre d’une affaire de trafic de drogue. Un collaborateur condamné à 20 jours-amendes avec sursis pour avoir utilisé illégalement une base de données de police à des fins privées, afin d’obtenir des informations sur une femme rencontrée sur le Net. Ces deux affaires, révélées par la presse locale, ont mis la police cantonale valaisanne sous le feu des projecteurs cet été. Mais elles ne sont pas les seules.

Fin juin, le tribunal cantonal a annulé une ordonnance de non-entrée en matière du Ministère public et lui a ordonné de réaliser des compléments d’instruction dans une affaire impliquant un inspecteur des forces de l’ordre valaisannes. Selon le plaignant, le policier lui aurait infligé des «traitements inhumains» durant son interpellation et la détention qui a suivi en avril 2015. Un ancien cadre de la police cantonale, désormais à la retraite, est également sous enquête pour des comportements inappropriés envers une collaboratrice alors qu’il était encore en poste.